Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 19:18

Ce mardi 25 novembre 2014 à 18 h

A l'eglise Sainte-Catherine 

Place Sainte-Catherine à Bruxelles

 

Messe solennelle à 18 h suivie du verre de l'amitié

a l'occasion de la fête de Sainte Catherine d'Alexandrie

 

IRPA-Ste-catherine.jpg

 

patronne notamment des couturières et modistes, écoliers et étudiants, nourrices et gardes d'enfants, des plombiers et potiers, des notaires, orateurs, philosophes, précheurs, théologiens, ... des filles à marier... et de l'église Sainte-Catherine à Bruxelles rouverte depuis le mois de septembre 2014 ! 

 

Pour tous les renseignements concernant les horaires d'ouverture et de célébrations 

 site de la paroisse : www.eglisesaintecatherine.be

 

messe solennelle de Noël le 24 decembre à 23 H

Repost 0
Published by Les amis de l'église Sainte-Catherine à Bruxelle - dans Evenements
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 22:51

 

 

Réouverture de Sainte-Catherine : L’audacieux pari de Mgr Léonard

CHRISTIAN LAPORTE  Publié le lundi 22 septembre 2014 à 19h50 - Mis à jour le mardi 23 septembre 2014 à 10h49

BRUXELLESLe quartier a fort apprécié l’homélie de l’archevêque.

L’émotion était au rendez-vous pour la réouverture de l’église Sainte-Catherine après trois ans d’incertitudes sur son avenir. Beaucoup avaient fini par ne plus croire à un retour, même temporaire comme ce sera le cas pendant un an, à son affectation originelle, d’autant que la volonté des autorités civiles de fermer le lieu du culte du "Vismet" ne semblait pas susciter de vives réactions du côté du vicariat de Bruxelles. Il est vrai que l’évêque de Bruxelles et son équipe étaient et demeurent très réalistes face à la sécularisation de la grande ville : la pratique est ce qu’elle est dans la capitale et il y a des réalités financières incontournables qui rendent délicate l’équation de garder ouvertes toutes les églises.

D’où le consensus intervenu pour Ste-Catherine, porté sans restrictions par l’archevêque Léonard mais pas nécessairement partagé par toute l’Eglise de Bruxelles. C’est ce qui explique que l’homélie de l’archevêque fut accueillie avec tant de ferveur.

Le quartier aussi très favorable

"L’assemblée était manifestement heureuse de la décision qu’il a prise", constate Véronique Hargot-Deltenre, "Beaucoup se demandent pourquoi expérimenter la pertinence de cette église pendant une année et évaluer la part qui devrait être réservée au culte, alors que dès le premier jour d’ouverture, tout l’espace était empli par le culte catholique et que l’expérience était donc d’emblée concluante !"L’animatrice des Amis de Ste-Catherine constate aussi "que les jeunes prêtres de la Fraternité des Saints Apôtres ont déjà conquis beaucoup de cœurs et surpris plusieurs qui n’imaginaient pas qu’il existait encore tant de jeunes qui choisissent le sacerdoce et ne craignent pas de le montrer sans complexe en portant une soutane."

Reste à dire que la réinsertion dans le quartier a été positive. "La célébration fut suivie d’un apéritif dans une ambiance chaleureuse : une dizaine de restaurateurs riverains ont offert gracieusement du vin et d’autres boissons ainsi que des préparations délicieuses." Mieux : "Les commercants n’ont pas manqué de dire leur joie de voir l’église rouvrir ses portes et reprendre vie, à l’instar de nombreux autres riverains de Ste-Catherine que cet édifice éteint et mort depuis trois ans déprimait." 

 

www.eglisesaintecatherine.be
Repost 0
Published by eglisesaintecatherinebruxelles - dans Evenements
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 09:32

Reportage au JT de TELE BRUXELLES du 21 septembre 2014

 

21/09/14

Saint-Catherine à nouveau accessible

altRéouverture de l'église Saint-Catherine ce samedi, après trois ans de fermture. Un évènement célébré au cours d'une messe sous l'égide de Monseigneur Léonard, assisté par trois jeunes prêtres affectés au lieu. L'église va réouvrir pendant un an mais son avenir reste incertain. Elle pourrait être désacralisée, comme le prévoit la commune.

-Reportage


Repost 0
Published by eglisesaintecatherinebruxelles - dans Evenements
commenter cet article
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 13:50

publié sur www.lalibre.be de ce 17 septembre 2014

 

 

BRUXELLES

Cette fois, ça y est… et c’est sans conteste une victoire pour les irréductibles défenseurs de l’église Ste-Catherine : ce samedi 20 septembre, l’église du "Vismet", au cœur de Bruxelles, rouvrira ses portes au culte. Comme c’est aussi la Journée du patrimoine à Bruxelles, l’église sera accessible dès 14h aux visiteurs, mais c’est surtout à partir de 18h que cela se passera avec la messe de rentrée présidée par l’archevêque de Malines-Bruxelles, Mgr André-Joseph Léonard, entouré de l’équipe de la Fraternité des Saints Apôtres qui animera l’église pendant les douze prochains mois à titre expérimental. Précision : l’église sera de nouveau ouverte tous les jours de 8 à 20 h et… plus si affinités, entendez : lors de concerts ou d’autres activités publiques pouvant aider à son redéploiement. Comme pour toute pendaison de crémaillère digne de ce nom, l’eucharistie sera suivie d’une réception et d’un récital de chants sacrés par le Chœur de l’Ill qui, comme son nom l’indique, est alsacien.

Mobilisation œcuménique

Les Amis de Ste-Catherine ne cachent pas leur joie : il y a non seulement dans leur sillage plus de 11 300 signataires d’une pétition qui reste toujours ouverte, mais aussi une réelle mobilisation sur le terrain. On n’en veut pour preuve que les plus de 70 bénévoles - dont des "frères et sœurs" orthodoxes et protestants qui, depuis le 23 août, se sont dépensés sans compter pour remettre l’église en ordre, la récurer, la cirer, etc.

Selon les Amis, la barre des 1 000 heures de services bénévoles a été depuis lors largement dépassée et comme ils veulent offrir la plus belle église possible, ils donnent rendez-vous ce jeudi pour un dernier coup de remise en fraîcheur.Christian Laporte

www.eglisesaintecatherinebruxelles.be

Repost 0
Published by eglisesaintecatherinebruxelles - dans Evenements
commenter cet article
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 22:42

WP 20140823 16 09 53 Smart

 

Ce samedi 23 aout, début de la" tornade blanche" sur l'eglise Sainte-Catherine fermée depuis le 31 décembre 2011.

Objectif: préparer sa réouverture debut septembre et acceuillir la jeune équipe de prêtres de la Fraternité des Saints Apôtres.

WP 20140823 15 38 19 Smart WP 20140823 15 38 36 Smart
WP 20140823 15 37 48 Smart WP 20140823 20 02 24 Smart
WP 20140823 19 57 07 Smart WP 20140823 16 09 26 Smart
   
Repost 0
Published by eglisesaintecatherinebruxelles - dans Evenements
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 17:19
le figaro.fr
 
 
            
VIDÉO - Statues, candélabres, calices, encensoirs… les pilleurs écumaient les petites églises de campagne et les monuments aux morts des municipalités.
   
Un réseau national de pilleurs d'églises vient d'être démantelé dans le Pas-de-Calais. Après 7 mois d'enquête, de surveillance et de filatures dans le département mais aussi dans l'Orne, la Somme et la Normandie, la PJ de Lille et la sûreté publique d'Arras (Pas-de-Calais) ont mis la main sur les cinq chefs du trafic, qui ont avoué.
Écroués, ces hommes déjà connus des services de police pour des faits similaires sont mis en examen pour «association de malfaiteurs» et «vols commis en bande organisée», un crime passible de 15 ans de réclusion et de 150.000 euros d'amende. Une dizaine d'interpellations et gardes à vue ont eu lieu.

Un à deux cambriolages par semaine

Statues, candélabres, calices, encensoirs… les pilleurs écumaient les petites églises de campagne depuis des mois, mais aussi les monuments aux morts des municipalités, emportant symboles, ornements et coqs en bronze. Dès mai 2013, les enquêteurs soupçonnent un réseau très structuré. Les plaintes locales, émanant des mairies et des paroisses, se croisent avec «une inflation de vols similaires» observés à une plus grande échelle géographique par la Direction interrégionale de la Police judiciaire (DIPJ) de Lille. Les services d'enquête de Lille et d'Arras travaillent donc de concert pour mettre la main sur ce réseau, conformément aux préconisations du plan de lutte anti-cambriolage mis en place cette année par le ministre de l'Intérieur.
C'est pourquoi les enquêteurs n'ont retrouvé aucun objet lors des nombreuses perquisitions effectuées. «Preuve que la filière de revente est très bien rôdée, reprend le policier, son identification sera l'objet du deuxième volet de l'enquête. La première étape était de mettre fin aux cambriolages et à ce patrimoine qui s'envolait». Pour les seuls derniers mois, le montant du butin est estimé à plus de 40.000 euros. Mais selon le commissaire Caillat, le procureur de Béthune, qui a ouvert une information judiciaire, estimerait «incommensurables» le préjudice et le nombre de faits.«C'est une filière hyperactive, très organisée, très mobile et qui travaillait à flux tendus», explique le commissaire divisionnaire Magali Caillat, directeur adjoint de la PJ de Lille. Un trafic intense, avec un à deux cambriolages par semaine, - les cinq écroués ont avoué 20 pillages depuis mai - des équipées nocturnes pouvant les conduire à faire plusieurs centaines de kilomètres et «un écoulement des marchandises immédiat», relève Émilie Ngasho Mpanu, chef de la circonscription de sécurité publique d'Arras.

Les pays baltes, les États-Unis et la Belgique, «fans de ce business»

Le réseau servirait à fournir les particuliers amateurs d'œuvres religieuses et d'objets du culte, des collectionneurs, des brocanteurs ou des hôtels des ventes partout sur le territoire national mais aussi à l'étranger. Les pays baltes et les États-Unis seraient particulièrement «fans de ce business», dit un enquêteur. Quant à la Belgique, proche du Nord-Pas-de-Calais, elle semblerait être une plaque tournante du trafic depuis plusieurs années. Là-bas, la démolition et la revente des églises galvanisent la loi de l'offre et de la demande de ce marché d'art spécifique, même si «le pays s'en défend et joue les vierges effarouchées», dit une source policière française, spécialiste de ces réseaux.
Jean, un retraité belge converti à la brocante, cache à peine l'origine de son fonds de commerce. Exilé dans un petit village du centre de la France, il multiplie les allers-retours avec la Belgique d'où il rapporte reliques, statues de saints géantes, bannières de procession, mobilier liturgique, chapiteaux romans et autres ornements architecturaux. Une caverne d'Alibaba sans vitrine, dans une grange au fond du jardin, qu'il écoule auprès des «brocs du coin» et de sa clientèle internationale sur Ebay. «Les autorités ecclésiales belges abandonnent le patrimoine religieux en vendant les églises et tous leurs biens à des chaînes hôtelières ou des promoteurs immobiliers qui les détruisent, alors autant les sauver du massacre et contenter les collectionneurs qui, eux, les respectent», justifie-t-il.

Arrêtés lors d'un flagrant délit près de Cambrai

Les cinq hommes écroués ont la quarantaine. Ils résident dans la région d'Arras, excepté le «cerveau», qui en est originaire mais habite Narbonne et vient de la communauté des gens du voyage, précisent les policiers.
L'étau s'est refermé sur eux dans la nuit du 12 au 13 novembre, avec un flagrant délit dans l'église de Croix-de-Caluyau, près de Cambrai (Nord). Entrés par effraction en cassant des vitraux, ils avaient subtilisé ce soir-là 8 statuettes et deux lustres.
Repost 0
Published by eglisesaintecatherinebruxelles - dans Evenements
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 17:22

Nous avons la joie de vous inviter à une réunion sur

l’avenir des églises de Bruxelles

le lundi 13 mai à 20h

dans la salle Achterzolder de De markten,

Vieux Marché au Grain, 5 (en face de l’entrée principale de l’église Sainte-Catherine).

 

Nous y ferons d’une part le point sur notre réflexion et mobilisation pour la préservation de l’église Sainte-Catherine et les autres églises de Bruxelles,

D’autre part, nous parlerons des équipes de travail à constituer pour creuser l’analyse et la réflexion sous tous ses angles (spirituels, culturels, financiers, politiques, économiques, juridiques, sociaux, techniques, urbanistiques,…),

afin d’alimenter la réflexion de tous et prendre notre responsabilité  en tant que laïcs,  chargés de « gérer les biens temporels selon Dieu » (Lumen Gentium 31),

en complément et dialogue avec celles de nos évêques et prêtres.

 

Enfin, nous inviterons ceux qui le souhaitent à rejoindre l’association des Amis de sainte Catherine et/ou l’Association des Amis des églises de Bruxelles et à les formaliser davantage.

 

Nous vous y attendons nombreux,

D’avance nous vous en remercions

(merci de prévoir une PAF libre)

 

Les Amis de Sainte Catherine et Amis des églises de Bruxelles

Contact  pour la soirée du 13 mai : Véronique (0478 31 33 45) ou Arber (0484 26 81 65)

 

Pour info, un mouvement de « veilleurs » est né le 22 février pour habiter davantage nos églises de prière et confier leur avenir à Dieu.

 

Actuellement :

Eglise du Béguinage : adoration du Saint-Sacrement tous les vendredis de 12h30 à 13h30

Eglise Saint-Nicolas-Bourse : chapelet tous les lundis à 16h30 (avant la messe de 17h)

Repost 0
Published by eglisesaintecatherinebruxelles - dans Evenements
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 21:58

woensdag 3 april 2013, 08u55

Bettina Hubo © Brussel Deze Week

Het plan om van de Sint-Katelijnekerk een overdekte markt voor groenten en fruit te maken, is begraven. Alain Courtois (MR), de nieuwe Brusselse schepen van Erediensten, wil er graag een museum voor religieuze kunst in onderbrengen.

De Sint-Katelijnekerk met gerenoveerde voorgevel: mogelijk een museum voor religieuze kunst.

De Sint-Katelijnekerk met gerenoveerde voorgevel: mogelijk een museum voor religieuze kunst. (© Saskia VAnderstichele)

Al enkele jaren wordt gezocht naar een nieuwe bestemming voor de Katelijnekerk aan de Vismarkt. De 19de-eeuwse constructie van architect Joseph Poelaert is veel te groot en te duur in onderhoud om nog langer dienst te doen als parochiekerk. Sinds goed een jaar is de kerk dan ook gesloten. Wel werkte Beliris, het federaal fonds voor Brussel, buiten verder aan de renovatie van de voorgevel. Die ziet er sinds kort piekfijn uit.

Enkele maanden voor de sluiting, in de zomer van 2011, werd bekend dat de kerkfabriek een plan had om het volledige achterste deel van de kerk af te breken en om er een woontoren met twaalf verdiepingen neer te zetten.

Maar de stad Brussel, eigenaar van het kerkgebouw, stak stokken in de wielen. PS-schepen Philippe Close speelde immers met de gedachte om de kerk om te vormen tot een overdekte markt voor groenten en fruit, een idee dat hij vorig jaar verder liet onderzoeken. Dat plan was echter niet naar de zin van de Vrienden van Sint-Katelijne, een vereniging van Brusselse gelovigen, die prompt een protestpetitie lanceerde.

Het project van Close blijkt nu van de baan te zijn. "Het bisdom zou nooit instemmen met zo'n hal voor groenten en fruit," zegt schepen Alain Courtois. Om een kerk een nieuwe functie te geven, moet ze - geheel of gedeeltelijk - ontwijd worden. Dat doet de aartsbisschop alleen als hij akkoord gaat met de nieuwe bestemming. Courtois overweegt nu om van de kerk een museum voor religieuze kunst te maken. "Tegen juni wil ik hierover een beslissing nemen," zegt hij. Al geruime tijd wordt gezegd dat in het Brussels gewest nood is aan zo'n museum, zeker nu duidelijk is dat er nog meer kerken zullen sluiten. Door gebrek aan expositieruimte en uit veiligheidsoverwegingen liggen in heel wat kerken waardevolle cultusvoorwerpen en kunstschatten te verstoffen op zolder. Dat is bijvoorbeeld het geval in de Sint-Martinuskerk in Ganshoren, die een mooie verzameling damasten kazuifels, verzilverde missalen, koperen kandelaren en curieuze relieken heeft.

Ook Brussel-Stad beschikt over een flink kerkelijk patrimonium. En er is de rijke, grotendeels opgeborgen collectie van het OCMW, die weliswaar eerder op zorgverlening dan op religie is gericht.

Flinke onderhoudsbeurt
De Katelijnekerk zelf heeft zo'n 350 schilderijen, beeldhouwwerken en andere waardevolle cultusvoorwerpen. Zopas werden ze geïnventariseerd door het Koninklijk Instituut voor het Kunstpatrimonium. Om de collectie te vrijwaren nu de kerk dicht is, verhuist ze in de loop van de volgende weken naar een extra beveiligd en vochtvrij lokaal op de verdieping.

"Hopelijk niet voor lang," zegt Yvan Nobels, voorzitter van de kerkfabriek, die het plan voor een museum toejuicht. "Het is een prachtig idee, veel beter dan een groentenmarkt. Zie je het al voor je: groenten- en fruitkramen tussen de religieuze panelen en beeldhouwwerken. Want niet alleen de buitenkant van de kerk is beschermd, ook de binnenkant en de inboedel." Het museum zou in de twee zijbeuken komen. Van de middenbeuk zou een grote polyvalente zaal gemaakt worden en er zou ook een kleine ontmoetings- of gebedsruimte overblijven. Nobels: "De verhuring van de grote zaal zou alvast wat geld in het laatje brengen."

Groot probleem van het museumproject is inderdaad de financiering. Niet alleen moeten de drie overige buitengevels en de binnenkant van de kerk een flinke onderhoudsbeurt krijgen, er zijn ook de kosten van uitbating. Dat beseft Courtois en ook zijn MR-collega Marion Lemesre, die als schepen van Economie het dossier van de groentenhal erfde van Close. "Een museum in combinatie met een te verhuren zaal is een mogelijkheid.
Of een andere mix van cultuur en handel, een boekhandel zoals Cook and Book bijvoorbeeld," zegt ze. "De nieuwe bestemming moet in elk geval de oorspronkelijke functie van het gebouw respecteren. En in samenspraak met het bisdom uitgewerkt worden. We gaan het paard niet opnieuw achter de wagen spannen."

Het bisdom wil pas reageren als de stad Brussel met een concreet voorstel komt. "Tot nog toe hebben we geen officiële vraag gekregen, ook niet over een groentenhal trouwens," zegt Tony Frison, adjunct van de Brusselse hulpbisschop.

Repost 0
Published by eglisesaintecatherinebruxelles - dans Evenements
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 21:58
 
Repost 0
Published by eglisesaintecatherinebruxelles - dans Evenements
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 21:55

 

COMMUNIQUE DE PRESSE - 02/10/2012

Symposium sur l’avenir des églises de Bruxelles :

Pour une valorisation optimale au service de tous

Dans la continuité de la réflexion menée suite à la perspective de projets de désacralisation de certaines églises de Bruxelles,  et à l’approche d’un colloque prévu pour 2013 par la Région de Bruxelles-Capitale sur la réaffectation partielle ou totale des églises, des chrétiens  ont organisé le 29 septembre un symposium sur « L’Avenir des églises de Bruxelles : Regards croisés, Dialogues et Recherches ».

Au sein d’un auditoire comble, comptant près de 150 participants, l’assemblée et les organisateurs se sont accordés sur l’idée que les églises de Bruxelles, comme lieux de culte, conservent un grand avenir. Invitant à la créativité et à l’audace, en dialogue avec leur hiérarchie ecclésiale et les divers pouvoirs publics, ils ont  clairement exprimé leur engagement à prendre leur part de responsabilité pour répondre aux défis posés.

Les intervenants invités ont permis de faire émerger trois idées forces :

·         Les églises, en tant que lieux de culte, sont une présence essentielle dans la cité.

A la fois signes structurants dans nos paysages et espaces permettant l’intériorisation et la convivialité, les églises sont des lieux d’accueil irremplaçables, qui sont appelés à toujours jouer plus pleinement leur rôle social et culturel, de formation, de service, de pacification et de cohésion sociale. Leur coût est à évaluer en tenant compte de tout le bien qu’elles offrent directement et indirectement à la collectivité. L’analyse permet de voir le coût peu élevé de tous ces services proposés. Des exemples à l’étranger, tels Les Chantiers du Cardinal à Paris rapprochent églises et habitants, ou à Bruxelles, les différentes initiatives menées par les fidèles dans leur église paroissiale, montrent que le modèle pastoral a un impact majeur direct sur l’évolution de la fréquentation, celle-ci est donc réversible.

·         Le patrimoine culturel des églises peut être davantage mis en valeur et exploité.

Souvent chefs d’œuvre artistiques, les églises en tant que lieux de culte font partie intégrante de la mémoire collective de nos territoires ; les démolitions d’églises déjà opérées ont conduit à des « traumatismes » et à des « trous de mémoires » très dommageables pour les quartiers concernés. Mais l’essentiel, aujourd’hui, sont qu’elles s’ouvrent à l’avenir et permettent toujours mieux aux fidèles, et à tous les visiteurs, de vivre la quiétude, le mystère de l’Eglise dans toutes ses dimensions, y compris ces parcelles de vie communautaire et de Présence sacrée. Ainsi, certaines églises à Bruxelles, tels que celles du Saint Sacrement et de la Résurrection, ont trouvé un renouveau à travers un projet architectural conjugué avec l’investissement d’une communauté de croyants et de voisins, stimulés par l’activité et les besoins du chantier.

·         Vers une cohabitation, chemin de communion œcuménique ?

A l’heure du synode de l’Eglise catholique sur la nouvelle évangélisation, ne faut-il pas également accueillir les demandes de communautés protestantes ou orthodoxes en quête d’un lieu de culte et d’espaces communautaires ? Est avancée l’idée d’un partage progressif qui serait fécond pour la vitalité des communautés respectives, utile pour une meilleure gestion et répartition des frais ainsi qu’un rayonnement des lieux.

Un grand nombre de chrétiens non pratiquants manifestent également des attentes vis-à-vis de leur église et de leur paroisse, ils ne doivent pas être oubliés, les témoignages de certains d’entre eux au symposium ont confirmé que leur présence n’est pas souvent comptabilisée. La mise en place de groupes de travail sur des « chantiers » à lancer, de la musique à la réflexion multidisciplinaire en passant par l’entretien et l’accueil, pourraient réunir un plus grand nombre de personnes pour commencer à reconstruire ces liens.

Sur les aspects juridiques et financiers de la gestion des églises, les intervenants ont rappelé que :

1. Le financement de tous les cultes reconnus en Belgique garantit l’équité entre les cultes, la liberté de conscience et l’accès démocratique à la spiritualité, indépendamment des ressources de chacun. Ce système, au contraire de la privatisation du financement des cultes, permet également d’éviter de privilégier les mouvements aux idées plus radicales ou aux démarches commerciales. Dans la continuité du système belge, son montant est actuellement inférieur à 0,1% du Produit Intérieur Brut.

2. Une grande majorité d’églises appartiennent aux Fabriques d’églises, elles ont toute indépendance dans la décision de  maintien de l'affectation des lieux  de culte et ne peuvent subir de pression des communes. A noter que la charge du déficit des Fabriques d’Eglises représente 0,3% des budgets communaux ; ce budget reste modéré compte tenu du travail social et spirituel accompli par les religieux et les équipes paroissiales, la gestion exemplaire des Fabriques et le faible niveau des rémunérations versées.

3. La procédure de désacralisation des églises prévue par le droit canon prévoit des conditions et des critères très clairs auxquels il convient de se référer. En particulier, la participation et la consultation des fidèles, prévues par le droit canon, sont nécessaires dans le cadre des décisions de réaffectation de lieux de cultes.

Prochainement les actes du  symposium seront rendus disponibles par les organisateurs.  

Lors de ce premier symposium sur l’Avenir des églises de Bruxelles, ont été invités à  intervenir :

·         Introduction, Modération, Conclusion - Christian HONORÉ, Architecte urbaniste ; Christian LAPORTE, Journaliste.

·         Lien entre l’Eglise – des églises – et histoire de la cité - M. Yves DELMOTTE, Enseignant et Conférencier

·         Relation entre les églises et la ville : Christian LASSERRE, Economiste, Professeur en urbanisme opérationnel à l’UCL, Louvain-la-Neuve

·         Analyse comparative : Stratégies et ressources humaines - Marguerite REY - LE HODEY, Sociologue

·         Les 6 postulats de l’affectation des églises  - Thomas COOMANS, Prof KU Leuven, Membre CMRS

·         Eglises, Patrimoine Vivant : solutions architecturales et respect du Patrimoine - Louis de BEAUVOIR, Architecte, Président de la Fondation Habitat et Humanisme Belgique

·         Position exacte – et hybride – des fabriques d’églises entre le pouvoir civil et la sphère religieuse - Frank JUDO, Avocat

·         Nos églises et le droit canon. Procédure de désacralisation et recours. Droits et devoirs des laïcs - Frédéric AMEZ, Avocat ecclésiastique

·         Pouvoir Communal, Culte et Patrimoine - Etienne NOËL, Echevin du Culte à Schaerbeek

·         Le financement des cultes reconnus, un gage de pluralisme - Olivier de CLIPPELE, Juriste, Membre du Parlement Bruxellois

·         Portée théologique et sociale de nos églises - Véronique HARGOT-DELTENRE, Assistante sociale et théologienne

·         Vers un partage ou une cohabitation œcuménique ? - Carlton DEAL, Christian Associates International, The Well ; Georges CIMEN, Comité de l’Eglise Syriaque

 

 

 

Contact Presse : symposiumeglisesbxl@gmail.com

 

Repost 0
Published by eglisesaintecatherinebruxelles - dans Evenements
commenter cet article

Présentation

  • : Les Amis de l'église Sainte Catherine à Bruxelles asbl
  • Les Amis de l'église Sainte Catherine  à Bruxelles asbl
  • : Association de soutien et d'action pour la sauvegarde de l'Eglise Sainte-Catherine à Bruxelles-Ville. Blog à l'initiative des "Amis de Sainte-Catherine" asbl, association de chrétiens et citoyens, sensibilisés à l'avenir de l'église Sainte-Catherine en dialogue avec les prêtres et communauté qui s'y rassemblent.
  • Contact

Recherche