Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 22:47

Sint-Katelijnekerk toont nieuw gezicht

LV © brusselnieuws.be

Na een renovatie van twee en een half jaar is de voorgevel van Sint-Katelijnekerk in zijn oude glorie hersteld. Ook het urinoir tegen de kerkmuur is onder handen genomen. Het contrast met het niet-gerenoveerde deel is groot.

De stellingen zijn weggehaald, de voorgevel is in zijn oude glorie hersteld
De voorgevel voor de renovatie
De voorgevel is minutieus gerestaureerd
Ook het urinoir tegen de kerkmuur werd onder handen genomen
Het contrast tussen het gerenoveerde deel en de rest is nu extra groot

De minutieuze renovatie van de westgevel (die uitgeeft op het Sint-Katelijneplein) begon in oktober 2010. Aanvankelijk zou de werf naar schatting negen maanden duren maar uiteindelijk bleven de stellingen bijna twee en een half jaar staan. Maar begin dit jaar konden ze eindelijk helemaal weg en dus kan de Brusselaar nu het resultaat van de herstelling aanschouwen.

De zwaar aangetaste natuursteen is waar nodig vervangen en de gevel blinkt dan ook als nieuw. Het contrast met de nog te renoveren gevels is groot. De noord-, oost- en zuidzijde zien immers nog altijd groen van het mos of zwart van de vervuiling.

Niets daarvan op de voorgevel. De decoratieve elementen komen daar opnieuw tot hun recht. Ook het schilderwerk boven de hoofdingang, elementen in smeedijzer, enkele glas-in-loodramen en de buitendeuren werden aangepakt. Tot slot kreeg ook het bekende urinoir op de hoek van het Sint-Katelijneplein en de Vismarkt een flinke beurt.

De huidige renovatie werd uitgevoerd door Beliris, het federaal fonds voor Brussel. In 1997 renoveerde de Stad Brussel al delen van het dak en de torens. Het is de bedoeling om ook de andere gevels nog onder handen te nemen in de komende jaren.

De grotendeels neogotische Sint-Katelijnekerk werd gebouwd tussen 1854 en 1874 op de plaats van een gedempt havendok. Architect was de Brusselaar Joseph Poelaert, vooral bekend van het Justitiepaleis.

Partager cet article

Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 22:44
© Brussel Deze Week

Met het teruglopende aantal gelovigen is ook de sociale rol van de kerk als ontmoetingsplaats en kloppend hart van de gemeenschap stilaan verdwenen. De Sint-Katelijnekerk in hartje Brussel vormt hierop geen uitzondering, vindt Vlaams parlementslid voor Brussel Yamila Idrissi (SP.A). De kerk staat ondertussen twee jaar leeg, en dat is een gemiste kans voor de omliggende buurt en bij uitbreiding voor de hele Vijfhoek.

Volgens Idrissi zou een voedselmarkt nieuw leven blazen in de belangrijkste maatschappelijke rol van de kerk: een knooppunt van socio-culturele relaties en netwerken vormen

Volgens Idrissi zou een voedselmarkt nieuw leven blazen in de belangrijkste maatschappelijke rol van de kerk: een knooppunt van socio-culturele relaties en netwerken vormen (© Saskia Vanderstichele)

Brussel-centrum mag er immers niet alleen zijn voor de dagjestoeristen en restaurantgangers, maar ook en vooral voor haar eigen inwoners. Steden floreren vooral op de fundamenten van een sterke, duurzame lokale samenleving en economie. Steeds meer bakkers, slagers zoals Ghysels en andere traditionele kleinhandelaars verdwijnen uit het centrum. Nachtwinkels en snackbars komen in de plaats, maar verarmen de buurt in feite. Daar mag dan ook streng op toegezien en tegen opgetreden worden, maar tegelijk moeten ook we iets in de plaats kunnen stellen, een positief beleid dat de kern van onze stad versterkt en de leefbaarheid verbetert.

Sociaal-economisch weefsel
Met de herbestemming van de Sint-Katelijnekerk dient zich een unieke kans aan om de kerk terug aan de wijk en haar bewoners te geven. Met het idee van het vorige stadsbestuur om er een kwalitatief hoogstaande en diverse voedselmarkt in te richten ligt een voorstel op tafel dat het kerkgebouw en de Vismarkt opnieuw centraal plaatst in de wijk. Een voedselmarkt zou nieuw leven blazen in de belangrijkste maatschappelijk rol van de kerk: een knooppunt van socio-culturele relaties en netwerken. Ook aartsbisschop Léonard verzette zich niet tegen dit plan. Het idee om terug te keren naar de enge religieuze functie van de kerk door er een museum van religieuze kunst en kleine gebedsruimte in te richten, is dan ook een stap achteruit voor de buurt en voor de kerk. In tegenstelling tot een nichemuseum voor religieuze kunst kan een voedselmarkt wel het sociaal-economische weefsel van de wijk en de binnenstad versterken. Denk aan Borough Market in Londen, La Boquería in Barcelona of de eeuwenoude Marché des Enfants Rouges in Parijs. Ook in metropolen brengt de markt niet alleen leven in een buurt, maar reflecteert ze ook haar karakter en eigenheid.

Ontmoetingsplaats
De concrete uitwerking van dit project moet eerst en vooral gebeuren in overleg met de buurt. Net zoals de Brusselse wijkcontracten het meest succesvol zijn als de omwonenden mee kunnen beslissen, moeten we ook hier de buurt mee ownership geven. Zowel de bewoners als de vele nieuwe en gevestigde ondernemers uit de wijk moeten hierin een belangrijke rol spelen. De lokale restauranthouders (die overigens positief staan tegenover dit voorstel), de Marokkaanse theeverkoopster, de hippe Dansaert veggie, de Turkse traiteur, en de rasechte brusseleir, ze moeten allemaal hun plaats krijgen in dit project. In plaats van een blinde vlek in de stad kan de Sint-Katelijnekerk zo een open ontmoetingsplaats zijn voor jong en oud, Ket, Zinneke, nieuwe en oude Brusselaar.

Yamila Idrissi (SP.A)
Vlaams parlementslid voor Brussel

Partager cet article

Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 13:50

Projectoproep voor herbestemming Sint-Katelijnekerk

JCO © brusselnieuws.be

De stad Brussel gaat een projectoproep lanceren om de Sint-Katelijnekerk een nieuwe bestemming te geven. Het voorstel om er een museum voor religieuze kunst in onder te brengen gaat voorlopig in de koelkast. Eerder werden ook al de plannen voor een kantoortoren en een markthal begraven.

De Sint-Katelijnekerk
Het afgevoerde plan van de kerkfabriek voor een woontoren

Het dossier van de Sint-Katelijnekerk sleept al lang aan. Een herbestemming dringt zich op, maar wat die precies moet inhouden, daar verschillen de meningen over.

Schepen Philippe Close (PS) sprak zich eerder al uit voor een markthal voor groenten en fruit, maar dat plan werd door de stad begraven. De kerkfabriek zelf schoof een aantal jaar geleden een woontoren naar voor, maar ook die komt er niet.

Laatste in de rij was het voorstel van nieuwbakken schepen van Erediensten Alain Courtois (MR). Hij wou een museum voor religieuze kunst onderbrengen in de kerk.

Ook dat gaat nu even in de koelkast. De stad wil namelijk een projectoproep lanceren om de kerk een nieuwe bestemming te geven. “We stellen ons open voor nieuwe voorstellen”, klinkt het op het kabinet-Courtois. “Een museum zal zeker een van de voorstellen zijn die naar voren geschoven wordt, maar we bekijken ook andere opties. Een jury zal beslissen welk voorstel het meest geschikt is.”

Gemeenteraadslid Bianca Debaets (CD&V) betreurt dat het idee voor een museum op de lange baan wordt geschoven. "Dit lijkt het zoveelste voorbeeld van de aankondigingspolitiek van de Stad Brussel. Men lanceert ideeën die nadien een stille dood sterven."

Partager cet article

Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 22:20

 sur l'avenir.net

areberg-couvent.jpg

 

 Il est des situations si absurdes qu’il est souvent plus simple de croire à une mauvaise plaisanterie. C’est ce qu’à sans doute espéré le Duc Léopold d’Arenberg, en apprenant il y a quelques jours que des tableaux familiaux qu’il croyait en sécurité chez les Capucins allaient être mis en vente aux enchères, hier, dans une galerie anversoise. Mise de départ d’une des pièces : 80 000€.

Mais dans ce dossier du «Couvent des Capucins», à Enghien, l’illustre famille n’en est plus à un paradoxe près, elle qui se voit refuser l’entrée de la crypte abritant septante-deux sépultures de ses aïeuls.

L’affaire nécessite un rappel historique.

Créés à l’initiative de Charles d’Arenberg et Anne de Croÿ en 1616, le couvent et sa nécropole ont été confié à la gestion des Pères Capucins afin d’y assurer l’entretien ainsi que la prière des défunts de la famille Arenberg. En 1932, le Duc Engelbert-Marie d’Arenberg cède la propriété du couvent aux Capucins, ainsi que des sommes importantes, tout en leur confiant la garde d’une série d’objets d’art.

Vu le manque de vocation dans leur Ordre, dans les années 90, les Pères Capucins quittent le couvent enghiennois. La Maison d’Arenberg se serait alors retrouvée devant un fait accompli : les religieux ont vendu la partie «nouvelle» du couvent (datant du 19e siècle) à une société immobilière d’Asse, propriété de Marc Labeeuw, frère laïc d’un des Pères Capucins. Depuis lors, des appartements ont été construits dans le jardin.

La partie «ancienne» du couvent, y compris l’église des Capucins et la nécropole d’Arenberg, est apportée dans une asbl appelée «Memoriaal Karel van Arenberg», dans le but d’en faire un musée. Cette asbl est gérée par Marc Labeeuw et plusieurs membres de sa famille, ainsi que des Pères Capucins.

La Ville d’Enghien s’y engage financièrement pour un montant d’un million de francs belges, dans le but de soutenir la mise en valeur de ce patrimoine. En 2005, constatant un manque de transparence dans la gestion financière de cette ASBL, elle se retire. Les Capucins n’en sont également plus membres à l’heure actuelle.

Les cercueils devront-ils être évacués dans un container ?

Cette ASBL aurait entre-temps vendu la partie ancienne du Couvent à... la société immobilière de ses gestionnaires. Une opération illégale selon le Duc Léopold d’Arenberg, qui porte plainte pour «enrichissement sans cause». Comble de l’ironie, le tribunal de Première Instance et la Cour d’Appel de Mons estiment que la famille n’a pas la qualité de «tiers intéressé», alors que ses «morts» reposent en ces lieux. L’affaire est devant la Cour de Cassation.

La Maison d’Arenberg est engagée dans trois autres procédures judiciaires dans ce dossier. Elle demande notamment la révocation de l’acte de donation de 1932 aux Capucins pour inexécution des clauses, afin de récupérer le contrôle du caveau familial auquel il n’a plus accès, ainsi que les objets d’arts. Le Duc actuel déplore la dilapidation à des fins lucratives de ces pièces d’art appartenant toujours aux Pères Capucins, ainsi que le manque d’entretien des bâtiments historiques, pourtant classés patrimoine wallon depuis 2011. «Récemment, le Couvent des Augustins a posé des problèmes de stabilité. Bientôt, sans intervention, ce sera celui des Augustins qui s’effondrera. Cce jour là, je devrais venir avec un container pour récupérer les 72 cercueils de ma famille!»

Partager cet article

Repost0
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 22:03

dans le  Vif » Actualité » Belgique » Le plan wallon de réorganisation des lieux de culte

Le plan wallon de réorganisation des lieux de culte

François Brabant

François Brabant

jeudi 21 mars 2013 à 10h07

En exclusivité pour Le Vif/L’Express, Paul Furlan dévoile sa réforme de l’organisation et du financement des lieux de culte en Wallonie. Les autorités des six religions reconnues ont un mois pour réagir.

Paul Furlan, le ministre wallon des Pouvoirs locaux (PS). © Belga

 

Paul Furlan, ministre wallon des Pouvoirs locaux (PS), a rencontré en janvier les quatre évêques wallons, ainsi que les représentants musulmans, protestants, juifs, orthodoxes et anglicans, pour leur proposer son plan de réforme de l’organisation et du financement des lieux de culte en Wallonie. Sont concernées : près de 1900 fabriques d’église, 64 communautés protestantes, 39 mosquées, 6 établissements de culte orthodoxes, 4 israélites et 2 anglicans. La réforme sera évaluée dans les deux ou trois ans, pour ensuite être traduite dans un texte législatif. Les autorités religieuses disposent maintenant d’un mois pour formuler leurs remarques. Au mois de mai, Paul Furlan soumettra son plan au gouvernement wallon. En voici les principaux axes.

Un contrat de gestion. C’est le cœur de la réforme : la contractualisation des relations entre le pouvoir subsidiant et la communauté religieuse. Pour l’instant, les fabriques d’église (qui représentent plus de 95 % des établissements de culte en Wallonie) établissent un budget, et si les dépenses sont supérieures aux recettes, les communes n’ont d’autre choix que de payer pour palier au déficit. Ce qui ne va pas sans frictions. Le contrat de gestion devra, entre autres, fixer une trajectoire budgétaire pluriannuelle, régler les modalités de logement des ministres du culte (leur verser une indemnité de loyer ou leur fournir une maison ?), définir les réparations à réaliser aux édifices, établir les conditions de mise à disposition du lieu de culte pour l’organisation d’événements culturels, etc.

Des priorités fixées à moyen terme. Paul Furlan veut que la relation entre les deux parties s’établisse sur une base pluriannuelle. « Au lieu de demander chaque année des sous, on négocie au début de la législature pour les six ans à venir. Le bourgmestre et les représentants de la paroisse font ensemble le tour des besoins. »

Un espace de dialogue permanent. La réforme prévoit de systématiser la concertation entre le pouvoir subsidiant et les représentants du culte. « Si vous avez dans une commune un Peppone et un Don Camillo, cela provoquera toujours des étincelles, explique Paul Furlan. Mais, en cas de litige, l’autorité du ministre et de l’évêque pourront trancher. »

Une bonne gouvernance. La réforme doit favoriser une meilleure utilisation des deniers publics. Théoriquement, les fabriques d’église sont tenues d’ouvrir une procédure de marché public pour la totalité de leurs dépenses : achat de mazout, travaux de peinture, réfection des installations d’électricité, et même l’achat des cierges ! Le nouveau cadre veillera à un meilleur respect des règles.

Une rationalisation. La Wallonie compte plus de 1 900 églises. Entretenir ce patrimoine coûte cher aux pouvoirs publics, alors qu’il y a de moins en moins de fidèles (moins de 7 % des Wallons sont pratiquants). Autre difficulté : une concurrence oppose souvent les fabriques d’église au sein d’une même commune, le bourgmestre devant arbitrer entre les unes et les autres, afin de déterminer les travaux les plus urgents. Paul Furlan veut réduire le nombre de fabriques d’église. Sans rien imposer.

La transparence favorisée. Seules 39 mosquées sont reconnues par la Région wallonne. Les autres ne peuvent prétendre à aucune aide des pouvoirs publics pour l’entretien de leurs bâtiments. « Dans le cas de certaines mosquées, assène le ministre, on n’est pas certain de l’origine des fonds, et quand on n’est pas certain de l’origine des fonds, on n’est pas certain de ce qui se dit à l’intérieur. Moi, je pense qu’on a intérêt à fixer un cadre, en disant aux représentants des mosquées : vous voulez un financement public ? Pas de souci, on peut le faire, mais en contrepartie, on veut la transparence. »

Partager cet article

Repost0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 22:09

Partager cet article

Repost0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 22:02

intervieuw sur Vivacite Bruxelles (voir podcast) vendredi 5 avril journaux de 6 h 30 et 7 h 30

Eglise Sainte-Catherine Bruxelles

Eglise Sainte-Catherine Bruxelles

L'église Sainte-Catherine, au centre de Bruxelles, va-t-elle être désacralisée, puis réaffectée en musée d'art religieux, en bibliothèque ou autre lieu public inédit?

La question n'est pas encore tranchée. L'autorité ecclésiastique, à savoir Monseigneur Léonard, n'a pas encore signé le décret de désacralisation. Elle discute avec le propriétaire de l'édifice, la Ville de Bruxelles, qui étudie toutes les pistes en vue d'une probable réaffectation du bâtiment classé, érigé au 19ème siècle par l'architecte Poelaert... La ville qui explique aussi que l'église coûte cher en entretien et est trop peu fréquentée.

Les riverains et les habitués de la place Sainte-Catherine devront encore attendre avant de connaître le sort de l'église, actuellement en cours de réfection. Mais la Ville de Bruxelles espère arriver à un accord avant juillet prochain. La piste d'une halle aux fruits et légumes étant inconcevable pour de nombreux fidèles, le Collège élargit sa réflexion à d'autres reconversions possibles, comme l'explique Alain Courtois, échevin des Cultes: " je sais bien que certains voudraient absolument un musée. Par exemple, à Maastricht, effectivement, ils ont réaffecté une église dans le cadre d’une bibliothèque".

Musée d'art sacré?

Pour l'association "Les amis de Sainte-Catherine" qui réunit des fidèles, l'église devra en tout cas conserver sa vocation initiale, quitte à accueillir d'autres fonctions compatibles avec le culte. Véronique Hargot (membre de l'asbl) "des activités d’ordre social mais aussi des conférences, des animations culturelles respectueuses du lieu".

Malgré des divergences entre l'évêque et son auxiliaire, l'autorité religieuse se dit ouverte au dialogue avec la Ville de Bruxelles. Claire Jonard, porte-parole de l'église catholique à Bruxelles: "Tout ça doit-être envisagé dans un contexte global. Mais sans doute un musée d’art sacré correspond quand-même mieux à une église qu’à une halle aux fruits et légumes".

Jean-Claude Hennuy

Partager cet article

Repost0
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 22:49

La Capitale, 02/04/2013, page 9: Affectations possibles pour Sainte-Catherine

Patrimoine

Affectations possibles pour Sainte-Catherine

Différentes options pour l'église fermée depuis un an
L'église Sainte-Catherine a fermé ses portes il y a plus d'un an en janvier 2012. Une fermeture qui avait suscité pas mal d'émotion auprès des chrétiens bruxellois regroupés au sein d'une association des Amis de Sainte-Catherine. Une fermeture liée à la baisse de la pratique religieuse et, selon l'évêque en charge de Bruxelles Monseigneur Jean Kockerols, au fait que les églises et leur dimension ont été pensées à une autre époque. À la recherche d'un site dans le centre pour créer un marché couvert de denrées alimentaires, la Ville de Bruxelles, propriétaire du bâtiment, a proposé d'y installer une halle pour fins gourmets. Récemment interrogé par la députée Brigitte De Pauw (CD&V), Charles Picqué (PS), en charge du patrimoine à la Région, a d'ailleurs précisé qu'Atrium réalisait actuellement une étude de faisabilité pour l'installation d'une halle gourmande. Rien ne semble avoir bougé en un an mais, comme le précise le doyen de la paroisse Claude Castiau «l'église est seulement fermée, le décret de désacralisation n'a pas encore été signé.» Depuis les élections communales l'échevin de la Ville en charge du dossier a changé. «Je fais en sorte que le bâtiment soit sauvegardé sur le plan tant urbanistique que matériel», explique Alain Courtois (MR), le nouvel échevin des Cultes. «C'est pourquoi j'ai commandé une petite étude sur le bâtiment pour le sauvegarder dans les meilleures conditions.» Pour le reste, l'édile libéral précise ne pas encore avoir reçu de candidature ayant un projet concret et être en tractation avec l'évêché. Parmi les pistes explorées, l'idée d'y installer une bibliothèque ou d'y présenter une exposition d'arts sacrés.
M.B.

   

La Capitale, 02/04/2013, page 9: Une halle pour vendre des fruits et des légumes

Une halle pour vendre des fruits et des légumes

C'est l'idée dont on a le plus parlé jusqu'à présent, réaffecter l'église Sainte-Catherine pour en faire une halle de fruits et légumes. C'est la proposition lancée par la Ville de Bruxelles en 2011 et exprimée par la voix de l'échevin du Tourisme Philippe Close (PS). Rappelons que cette église située dans le centre de la ville est fermée au public et aux paroissiens depuis plus d'un an. Mais aussi que l'église Sainte-Catherine est classée. Pas question donc de la démolir, en tout ou même en partie. L'échevin Philippe Close verrait bien une halle aux fruits et légumes y prendre place. Un peu comme à Sarlat (Périgord) où une ancienne église a été transformée en marché couvert. Dans cette optique, l'église serait conservée telle quelle, après rénovation, mais serait désacralisée. Ne subsisterait, au mieux, qu'une petite chapelle. Le nouvel échevin en charge des Cultes Alain Courtois (MR) ne dit ni oui, ni non. «Nous avions cru comprendre que l'évêché n'était pas favorable à cette affectation très éloignée de sa destination d'origine.» «Je n'ai pas entendu l'évêché se prononcer à ce sujet», réagit le doyen de la paroisse Claude Castiau. «En Italie, on a effectué des réaffectations d'églises bien plus éloignées du culte encore que celle-là. À titre personnel, si les conditions sont correctes, je trouve que cela pourrait être envisagé».
M.B.

La Capitale, 02/04/2013, page 9: Une librairieou un musée dédié à l'art religieux

Une librairie ou un musée dédié à l'art religieux

La piste de la halle aux fruits et légumes avancée par le collège de la Ville de Bruxelles pourrait ne pas plaire à tout le monde. Une autre idée qui est sur la table est celle de réaffecter une partie de l'église pour en faire une vaste librairie. Ce ne serait pas une première puisque la Selexyz Bookstore à Maastricht aux Pays-Bas est installée depuis 2006 dans une ancienne église dominicaine du 13e siècle. À une échelle moins grande et à Barcelone cette fois, la Central del Raval est une librairie qui a trouvé un écrin original pour les 80.000 ouvrages qu'elle propose en s'installant dans une ancienne chapelle, la Capilla de la Misericordia. Avec une crypte transformée en salle où se déroulent ateliers, conférences et représentations tandis que les alcôves dépouillées de leurs statues sont devenues des mini-salons de lecture et, vu la hauteur sous plafond, une mezzanine a été créée à l'étage.
Dans un registre plus proche encore de son affectation d'origine, l'église Sainte-Catherine pourrait devenir un musée d'art religieux comme on l'a fait sur l'île grecque de Corfou. Après cinq ans de travaux, une église orthodoxe de la fin du 15e siècle abrite depuis 1984 un musée proposant des objets religieux, bancs et fresques mais surtout une importante collection d'icônes.
M.B.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 22:04

www.dhnet.be et www.lalibre.be  

Date: 04/04/2013
Section: REGION

Sous Section: BRUXELLES

Pas de fruits et légumes à Sainte Catherine Nouvelle Recherche

Le marché couvert ne verra pas le jour dans l’église Sainte-Catherine. La piste d’un musée d’art religieux est explorée… entre autres

Saintecatherinerenovee.jpg

 

 DÉSACRALISATIONBRUXELLES-VILLE Début janvier 2012, une dernière messe était célébrée dans l’église Sainte-Catherine. Elle ferme, son coût d’entretien est trop important, sa fréquentation est insuffisante. Depuis, le lieu de culte a été désacralisé mais se cherche toujours une nouvelle affectation.

 

Peu avant sa fermeture, la Ville de Bruxelles, propriétaire du bâtiment, lançait le projet de transformer l’œuvre de l’architecte Joseph Poelaert en un marché couvert, une halle aux fruits et légumes. Mais ce projet et la désacralisation avaient suscité une vive contestation. Une association, Les Amis de Sainte-Catherine, récolte près de 5.500 signatures avec une pétition en ligne.

 

Aujourd’hui, on apprend que ce projet de marché couvert est désormais abandonné. C’est ce qu’annonce le nouvel échevin des Cultes, Alain Courtois (MR), à Brusselnieuws, alors que l’église est fermée depuis un an pour rénovation. Un abandon obtenu par le diocèse qui s’oppose à ce projet qu’il estime peu respectueux de l’endroit. “Nous avons convenu lors de la désacralisation de l’église qu’aucun projet ne serait initié sans l’aval de l’archevêché”, dit-on au cabinet de l’échevin.

 

Dès lors, l’échevin des Cultes planche sur une autre utilisation des lieux. “Il y a plusieurs idées à l’étude, nous comptons prendre une décision pour le mois de juin”, ajoute-t-on. Parmi les nouvelles pistes envisagées : un musée d’art religieux qui germe peu à peu. “Je dois me décider là-dessus en juin”, précise l’échevin. Bruxelles pourrait en effet avoir besoin d’un espace pour accueillir toutes les œuvres éparpillées ça et là dans les églises de la région par manque de place ou pour raison de sécurité. Et le musée pourrait s’avérer d’autant plus précieux que d’autres églises vont fermer.

 

Autres projets à l’étude : une transformation en librairie, (sur le modèle réussi de la librairie Selexyz à Maastricht) ou une bibliothèque. “Il faudra que ce soit un lieu bénéfique à tous. Nous envisageons aussi la possibilité d’une salle de concert ou d’un centre de conférences.”

 

N. G.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 12:51

      Communiqué des amis de l'église Sainte-Catherine du 4 avril 2013

Dans son édition de ce jour (4.10.13) La Libre Belgique énonce une triple contre-vérité (alimentée par le vicariat de Bruxelles) :

  • Non, l’église Sainte-Catherine n’a pas fermé ses portes à cause de son coût d’entretien *
  • Faux aussi l’argument qui évoque la fréquentation insuffisante de cette église*.
  • Faux également d’affirmer que ce lieu de culte a été désacralisé, l’archevêque de Malines-Bruxelles, n’ayant signé aucun acte de désacralisation.

Les Amis de Sainte Catherine sont soulagés de lire que le projet de halle gastronomique (pourtant annoncé dans le programme politique de la nouvelle majorité) est abandonné et apprécient le soucis de l’Echevin Courtois d’un projet respectueux de ce patrimoine religieux.

Ils dénonceront cependant jusqu’au bout toute la campagne de désinformation* menée par le vicariat pour se débarrasser de cette église, contre l’avis des 8000 signataires de la pétition et son rejet systématique de tout nouveau projet chrétien (porté par des catholiques, protestants et orthodoxes).

Ils s’opposeront également à tout projet de désacralisation de cette église - même dans le but d’en faire un musée d’art religieux - étant donné ses divers atouts pour la vie et l’annonce de la foi chrétienne et les bénéfices qu’en tire directement ou indirectement toute une société*.

Comme l’écrit aujourd’hui, dans la même édition Sébastien Morgan, « …Loin d’être un objet inerte propre à être relégué dans le musée des idées ayant fondé l’Europe et l’Occident, le christianisme est bien vivant et a encore de nombreuses choses à dire et à enseigner. On peut même dire , pour reprendre le propos du Père Alexandre Men, que le monde n’a pas encore commencé à être chrétien » (LLB 4.10.13 -Débats-Opinion p 47).

Puisse l’évêque auxiliaire de Bruxelles cesser de déployer ses énergies pour fermer les églises de Bruxelles mais au contraire, pour les ouvrir et les remplir.

    
 *cfr notre dossier en ligne

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les Amis de l'église Sainte Catherine à Bruxelles asbl
  • : Association de soutien et d'action pour la sauvegarde de l'Eglise Sainte-Catherine à Bruxelles-Ville. Blog à l'initiative des "Amis de Sainte-Catherine" asbl, association de chrétiens et citoyens, sensibilisés à l'avenir de l'église Sainte-Catherine en dialogue avec les prêtres et communauté qui s'y rassemblent.
  • Contact

Recherche