Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 08:11

Lettre ouverte à Mgr Joseph De Kesel, Archevêque de Malines-Bruxelles Bruxelles,

 

le 13 Juin 2016

Monseigneur,

 

 

« Concertation », voilà un terme que vous utilisiez dans votre lettre pastorale de 2005 sur l’avenir des églises de Bruxelles. Alors aujourd’hui, pour ne rien vous cacher, nous sommes extrêmement inquiets. Nous essayons vainement de vous rencontrer, pour comprendre l’origine et le bien-fondé des rumeurs de fermeture de notre église Sainte-Catherine et de dissolution de la Fraternité des Saints-Apôtres qui courent depuis le mois d’avril dernier.

 

Comprendre pourquoi une église, située en plein cœur touristique de Bruxelles, qui fait le plein tous les dimanches et où de nombreux fidèles trouvent un véritable lieu de ressourcement spirituel et humain, serait à nouveau menacée de fermeture. Comprendre pourquoi l’Archevêché souhaiterait le départ de prêtres et de séminaristes qui ont permis à Sainte-Catherine de redevenir une paroisse vivante et rayonnante depuis sa réouverture en Septembre 2014, un « noyau de vitalité évangélique » comme vous en souhaitez tant pour notre ville. Comprendre enfin pourquoi le dialogue et les échanges en toute confiance et transparence sont si difficiles avec nos pasteurs sur des sujets qui nous touchent d’aussi près.

 

 

Pas d’informations, aucune communication

 

Le 29 avril 2016, le Vicariat de Bruxelles a démenti par voie de communiqué ces différentes rumeurs. Mais ce communiqué ne nous a pas rassurés, car il indique bien l’existence de deux dossiers en réflexion : l’un concernant la fermeture de l’église Sainte-Catherine, l’autre, la dissolution de la Fraternité des Saints-Apôtres. Pour en connaître le contenu, et parce que nous ne pouvons pas imaginer une réflexion sans connaissance de la réalité et des personnes directement concernées, nous avons souhaité vous rencontrer. À de nombreuses reprises, nous vous avons écrit (entre autre courriers des 25 et 26/04/16). Vous nous avez alors invités à contacter Mgr Kockerols, l’évêque de Bruxelles (dans un courrier du 27/04/16), ce que nous avons fait. Après notre courrier et nos nombreux rappels (28 et 29/04, 2 et 3/05/2016), nous avons finalement obtenu un rendez-vous avec votre Auxiliaire pour le 08/06/2016.

 

Au cours de cette rencontre, nous avons pu lui partager tout ce que nous vivions dans notre paroisse de Sainte-Catherine. L’occasion de lui parler des nombreux fruits issus de l’apostolat des prêtres et des séminaristes de la Fraternité des Saints Apôtres : les familles (catéchisme, repas familiaux), les jeunes, les écoles, l’accueil des étrangers, les fiancés, les malades, etc. Mais nous nous sommes aussi fait l’écho de l’inquiétude des nombreux fidèles de notre communauté paroissiale, suite aux différentes informations qui ont circulé à son sujet durant les dernières semaines.

 

Cherchant naturellement à être éclairés et rassurés, nous lui avons demandé quel était ce fameux dossier « Sainte-Catherine » et ce qu’il contenait, mais aussi si notre église continuerait d’être ouverte au culte catholique et si elle serait toujours confiée aux prêtres de la Fraternité des Saints Apôtres (FSA). Nous avons également voulu savoir pourquoi les prêtres de la FSA n’avaient pas été invités à la réunion du presbyterium du 04/02/16 comme tous les autres prêtres et diacres de Bruxelles, pourquoi Mgr Kockerols n’avait participé à aucune ordination diaconale ou presbytérale de la Fraternité ou encore pourquoi l’évêque n’avait jamais visité ses prêtres et ses paroissiens à Sainte-Catherine en deux ans, malgré leurs invitations. Enfin, nous lui avons demandé pourquoi la prise en charge des frais d’études et de logistique des séminaristes de la Fraternité des Saints-Apôtres convenue avec Mgr Léonard (on parle de dizaines de milliers d’euros) n’étaient plus payés par le diocèse, depuis de nombreux mois.

 

 

Qui va nous répondre ?

 

Des questions légitimes, nous semble-t-il. Mais Mgr Kockerols n’a répondu à aucune d’entre elles, nous rappelant qu’il n’était que l’auxiliaire de l’archevêque du diocèse… Les raisons invoquées ? Pêle-mêle : il ne savait pas y répondre, des questions de déontologie, l’aspect délicat de s’exprimer quand il s’agit de personnes, ou encore la difficulté de s’exprimer sur des décisions qui relèvent de votre autorité, etc. Au cours de la discussion, nous avons été particulièrement choqués d’apprendre que notre évêque ne connaissait pas le nombre de séminaristes de son diocèse… Ne connaît-il vraiment ni les noms ni les visages de ces jeunes qui sont les futurs prêtres de nos paroisses ? À la fin, il nous a invités à … vous contacter !

 

Qui donc va nous répondre ? Certains paroissiens avaient posé toutes ces questions par écrit à l’évêque de Bruxelles. La réponse fut lapidaire : « attendez les communications officielles ». Nous nous étonnons de la méthode utilisée par nos pasteurs pour décider de l’avenir de notre communauté, sans aucune concertation ou communication avec les intéressés. Raison pour laquelle, le 8 juin dernier, alors que nous faisions un compte-rendu détaillé de notre rendez-vous avec Mgr Kockerols auprès d’un large collectif de paroissiens, la démarche de cette lettre ouverte a été approuvée à l’unanimité.

 

 

pape françois Nous souhaitons un autre rapport entre les laïcs « de base » et le clergé. Comme le rappelait le pape François le 26 avril dernier : « Les laïcs sont des protagonistes de l’Église et du monde », invitant ainsi les pasteurs à « les servir et non à se servir d’eux ».

 

Nous sommes réellement surpris de l’existence d’un « dossier » sur notre paroisse alors qu’il n’y a eu jusque là aucun contact entre les évêques et les fidèles de Sainte-Catherine. Pourtant, nous serions vraiment heureux que vous veniez voir sur place ce que nous vivons. L’invitation à venir rencontrer la communauté paroissiale dans le cadre de la messe dominicale et de prolonger avec vous la conversation autour d’un apéritif convivial, co-signée par plus de 200 paroissiens et que nous vous avons envoyée le 30 mai, est pour l’instant restée sans réponse de votre part…

 

Pourtant, nous sommes convaincus que la rencontre entre les fidèles et leur évêque est le chemin pour construire ensemble et sereinement l’avenir de notre paroisse.

 

 

Nous vous assurons de notre prière.

 

Thomas Parias, entrepreneur, marié, père de 6 enfants

Laurence Habimana, médecin, mère d’une adolescente

Bernard De La Croix, ingénieur, marié, père de 3 enfants

Anne-Chantal André-Dumont, jeune enseignante, célibataire

 

Contact :paroissiensdesaintecatherine@gmail.com

www.paroissiensdesaintecatherine.wordpress.com

PDF : Lettre ouverte à Mgr Josef De Kesel 13 juin 2016

Reproduction de ce texte autorisée avec lien vers ce post de ce blog.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de l'église Sainte-Catherine à Bruxelle
commenter cet article

commentaires

Jean Vandenbrande 26/06/2016 09:53

Linega

On finira par croire que, pour vous, ce serait bien que le Saint Esprit ferme les églises. Comme ça, les chrétiens de Bruxelles se sentiraient libérés.
Où allez-vous chercher vos arguments fantasmagoriques ? Ce doit être chez le diable ou du moins, dans les environs de sa résidence principale, rue de Laeken ou rue du Persil.

Thibaut 23/06/2016 19:21

Je suis triste et très déçu par les autorités ecclésiales de Belgique, spécialement de Bruxelles.
Nous vivons des périodes critiques de tout point de vue...C'est pas le temps de fermer des églises et chasser des prêtres quand nous en avons tellement besoin d'eux pour avancer ensemble sur le vrai chemin que le Christ nous propose. Gardons la foi, et l'espérance! Dieu vaincra toujours, et pas les hommes!

Linega 15/06/2016 17:58

J'admire la qualité de rédaction de cet article qui laisse entrevoir les nombreuses démarches engagées, le temps consacré, les questions soulevées et l'ouverture proposée. Bravo ! On dirait bien un comité de laïcs qui a la foi "cheville au corps". Mais qu'en est-il de l'espérance et de la charité ? Je m'explique: aujourd'hui je perçois que ce dialogue (ou cet absence de dialogue me dira t-on) peut se baser sur un fond de peur ou du moins je l'intérroge ? : Y aurait t-il des peurs entre autre de voir des églises se fermer ? ou des communautés répondant à certaines sensibilités disparaitres ? Existerait t-il une peur de voir corrompus ceux qui ont reçu la charge du troupeau ?
Si oui, j'y verrais un danger à double titre:
D'une part, concernant la pérennité d'une communauté qui se construirait sur un fond de peur et qui se situerait (de façon symptomatique) en réaction opposée par rapport à un principe de réalité. Je crois au contraire que c'est sur une expérience de libération (de l'Esprit de Pentecôte) que l'Evangile peut être crédible.
D'autre part, une méfiance par rapport à la grâce d'état que Dieu donne pourrait s'installer dans les coeurs et des jugements sur fond de murmure pourraient naitre. Je n'y reconnais pas le dynamisme de l'eucharistie.
Cet article m'encourage toujours plus à mettre ma confiance dans le Christ qui connait l'Eglise de Bruxelles et s'est livrée pour elle et à avoir une plus grande compréhension de son mystère notamment dans sa structure institutionnelle.
Sans défaitisme et à l'exemple de sainte Bernadette j'encourage celles et ceux à remplir leur mission là ou ils sont. Je ne suis pas chargé de vous le faire croire mais de vous le dire étant assuré du reste que si c'est de Dieu cela se fera.
Avec ma prière

Présentation

  • : Les Amis de l'église Sainte Catherine à Bruxelles asbl
  • Les Amis de l'église Sainte Catherine  à Bruxelles asbl
  • : Association de soutien et d'action pour la sauvegarde de l'Eglise Sainte-Catherine à Bruxelles-Ville. Blog à l'initiative des "Amis de Sainte-Catherine" asbl, association de chrétiens et citoyens, sensibilisés à l'avenir de l'église Sainte-Catherine en dialogue avec les prêtres et communauté qui s'y rassemblent.
  • Contact

Recherche